Demande de devis Nous contacter
  • en

Améliorer la qualité de l’air intérieur en EHPAD et résidence senior

02/12/2022

L’importance de la qualité de l’air intérieur (QAI) dans les EHPAD et les établissements médico-sociaux a suscité beaucoup d’attention ces dernières années.

La pandémie de SARS-CoV-2 a accéléré cette prise de conscience. Les EHPAD, en particulier, ont été durement touchés par la crise sanitaire.

Nous devons beaucoup aux personnes âgées dans nos vies. Qu’ils soient parents, grands-parents ou amis de longue date, ils méritent les meilleurs soins et le meilleur confort possible.

A quel point les personnes âgées, en particulier celles qui vivent en EHPAD ou en établissement médicalisé, sont-elles affectées par la qualité de l’air intérieur ?

Comment améliorer la QAI dans ces établissements pour protéger les plus vulnérables ?

Les seniors sont plus sensibles à la pollution de l’air intérieur

En raison de leur faiblesse physique et de leur difficulté à se déplacer, les personnes âgées passent jusqu’à 90 % de leur temps à l’intérieur. Elles sont donc plus exposées que la moyenne à la pollution de l’air intérieur. 

La fragilité des personnes âgées rend plus délicate l’aération des pièces par l’ouverture des fenêtres : elles sont en effet plus sensibles aux variations de température, à l’humidité et aux courants d’air, qu’il s’agisse des grands froids en hiver ou d’une chaleur caniculaire en été.

D’après une étude américaine, suite à la pandémie de SARS-CoV-2, 57% des seniors et des familles interrogés sont préoccupés par la sécurité et la santé des personnes âgées en maison de retraite. 

Mais, au-delà du virus de la COVID 19, les personnes âgées sont continuellement exposées aux risques liés à la pollution de l’air intérieur : elles sont plus susceptibles de souffrir de maladies chroniques, leur système immunitaire est plus fragile et leur capacité à combattre les infections est réduite.

Quels sont les effets de la pollution de l’air intérieur chez les personnes âgées ?

GERIE, une étude d’échelle européenne menée sur 600 personnes dans 50 maisons de retraite, a révélé le lien entre la pollution de l’air intérieur et le développement de pathologies respiratoires chez les seniors. 

Et ceci même avec des taux de polluants dans l’air sous les seuils des réglementations européennes. 

Parmi les effets les plus notables, on trouve : 

  • Difficultés respiratoires
  • Toux
  • Symptômes de la maladie pulmonaire obstructive chronique 
  • Respiration sifflante

D’après le Dr Isabella Annesi-Maesano, auteur principal de l’étude : 

“Nos résultats ont montré un effet indépendant de plusieurs polluants de l’air intérieur sur la santé pulmonaire des personnes âgées vivant dans des maisons de retraite. C’est un problème inquiétant puisque la capacité du corps à faire face aux polluants atmosphériques nocifs diminue avec l’âge. Les maisons de retraite devraient faire davantage pour prévenir la pollution de l’air intérieur en limitant ses sources et en améliorant la ventilation de leurs bâtiments. La santé respiratoire des résidents doit également être vérifiée régulièrement.”

La sensibilité des personnes âgées à la pollution de l’air intérieur s’explique notamment par :

  • un système immunitaire plus faible ;
  • des problèmes respiratoires ou cardiovasculaires préexistants ou encore non diagnostiqués ; 
  • une moindre capacité à éliminer les produits chimiques du corps ;
  • une plus grande difficulté à lutter contre l’inflammation ; 
  • un vieillissement des organes internes, en particulier des poumons.

Les personnes souffrant de maladies cardiovasculaires sont plus vulnérables aux particules et celles souffrant de maladies respiratoires telles que l’asthme sont plus vulnérables à plusieurs polluants atmosphériques.

La présence de COV (Composés Organiques Volatils) dans l’air est même soupçonnée d’accélérer le vieillissement en augmentant le stress oxydatif.

Une étude sur des personnes âgées a révélé qu’une exposition à long terme à la pollution de l’air est associée à des lésions cérébrales et à un type d’accident vasculaire cérébral «silencieux». En effet, la qualité de l’air affecte la tension artérielle et les vaisseaux sanguins. Après exposition à la pollution, certaines particules fines restent dans les poumons, provoquant une inflammation. Cela peut provoquer un raidissement des vaisseaux sanguins, réduire leur flexibilité et affaiblir les vaisseaux sanguins, ce qui peut augmenter le risque de maladie cardiaque ou d’accident vasculaire cérébral.Pour voir tous les effets de la pollution de l’air intérieur sur la santé, lisez notre article ici.

Virus et bactéries : la bête noire des EHPAD

Grippe,  COVID, pneumonie, bronchite… ces maladies virales ou bactériennes très contagieuses sont le cauchemar des directeurs d’EHPAD mais aussi de leur personnel soignant et des résidents.

En plus du vieillissement pulmonaire, les infections respiratoires sont plus fréquentes chez les plus de 75 ans : elles sont favorisées par la vie en communauté comme dans les EHPAD.

D’après la Fondation du Souffle, les seniors sont 3 fois plus touchés par la pneumonie que les sujets plus jeunes. Les infections respiratoires basses constituent la première cause de mortalité d’origine infectieuse dans les EHPAD

Le virus de la grippe peut entraîner des complications graves chez les sujets affaiblis : en France, on estime que 10 000 à 15 000 personnes décèdent chaque année de la grippe. Sur la saison 2019-2020, 3 décès sur 4 concernaient les plus de 75 ans

Le virus de la grippe tout comme le SARS-Cov-2 se transmet essentiellement par voie aéroportée au travers de micro-gouttelettes respiratoires ou d’aérosols. 

Ces virus se propagent dans l’air et pénètrent dans les poumons par la respiration : cette contamination aéroportée est très difficile à maîtriser et nécessite le port continu d’un masque. Cela crée un inconfort en particulier chez les personnes âgées. 

La maîtrise de la QAI : un critère de sélection pour les futurs résidents d’EHPAD et leur famille

Une enquête récente menée auprès de seniors et de leurs familles aux Etats-Unis a révélé des faits étonnants :

  • Pour la moitié des répondants, les mesures de purification de l’air dans un EHPAD sont des facteurs importants et même un critère de choix pour décider où aller.
  • 63 % des répondants choisiraient probablement ou très probablement un établissement plutôt qu’un autre selon la priorité accordée à la purification de l’air.

La mise en place de purificateurs d’air au sein des EHPAD semble désormais devenue incontournable pour les directeurs d’établissement.

Comment purifier l’air dans les EHPAD et résidences seniors ?

L’installation de purificateurs d’air équipés de filtres HEPA dans les chambres et les espaces de vie permet d’épurer l’air intérieur en continu pour: 

  • Tuer virus et bactéries présents l’air de la pièce
  • Éliminer les polluants 
  • Réduire le risque de contamination aéroportée

Nos purificateurs d’air professionnels de la gamme HEPA utilisent une technologie issue du monde hospitalier, adaptée aux besoins spécifiques des établissements recevant du public : avec des débits élevés allant jusqu’à 2 000 m3/h, ils permettent de limiter la présence de microparticules dans l’air et de lutter contre la contamination aéroportée par des virus et des bactéries. 

Les filtres HEPA H14 permettent d’éliminer 99.995% des particules de diamètre supérieur à 0.3 micron. Grâce à leur média filtrant ePTFE à la pointe de la technologie, ils garantissent une très forte inertie physico-chimique et très faible perte de charge.

Compacts et silencieux, nos purificateurs d’air s’installent en 5 minutes et s’intègrent discrètement à vos locaux. 

Découvrez notre gamme de purificateurs d’air professionnels pour bureaux et espaces de travail

HEPA Bulle
Le purificateur d’air professionnel HEPA H14 ultra-compact jusqu’à 1000 m3/h
HEPA Dôme
Le purificateur d’air professionnel HEPA H14 très haute performance jusqu’à 2000 m3/h
 

HEPA Cocoon

Le purificateur d’air professionnel HEPA H14 esthétique et discret jusqu’à 1500 m3/h*