Demande de devis Nous contacter
  • en

Pollution de l’air intérieur : quels impacts sur notre santé ?

16/03/2022

Afin de maîtriser les dangers de la pollution de l’air intérieur, les pouvoirs publics ont créé en 2001 un Observatoire de la Qualité de l’Air Intérieur (OQAI). Son rôle est de contribuer à la prévention de la pollution de l’air intérieur auprès du grand public et des professionnels. 

Si la pollution de l’air intérieur est devenue un enjeu de santé publique, c’est parce que son impact sur la santé est désormais reconnu par les plus grandes instances gouvernementales et même internationales..

D’après l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), on dénombre chaque année 3,8 millions de décès dûs à des maladies imputables à la pollution de l’air intérieur¹

L’OMS estime que cette pollution est responsable de maladies non transmissibles, notamment l’AVC, la cardiopathie ischémique, la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) et le cancer du poumon.

Comment les polluants de l’air pénètrent dans le corps humain ?

En inspirant, nous faisons pénétrer les polluants de l’air intérieur au cœur de notre système respiratoire (poumons, bronches…).

Mais pas seulement.

Certains polluants peuvent aussi toucher d’autres parties de l’organisme comme : 

  • les yeux, le nez et la gorge
  • le coeur et le système cardiovasculaire
  • et, même d’après de récentes études, le cerveau et le système cognitif


Comment est-ce possible ?

La taille des particules polluantes détermine leur capacité à pénétrer au plus profond de notre organisme.

Plus les particules sont fines, plus elles sont capables de rejoindre notre circulation sanguine. 

En arrivant dans les alvéoles pulmonaires qui envoient l’oxygène dans le sang, ces particules ultrafines atteignent le système sanguin qui leur sert d’autoroute vers nos organes vitaux.

Et ce n’est pas tout. 

Certains polluants chimiques de l’air peuvent même aggraver les réactions allergiques² en interagissant avec les pollens. 

Ces polluants peuvent :

  • abaisser le seuil de réactivité bronchique ;
  • accentuer l’irritation des muqueuses nasales ou oculaires ;
  • et aussi agir sur les grains de pollen en les déformant ou en rompant leur paroi, les rendant plus fins et donc plus aptes à pénétrer le système respiratoire. favoriser l’action des pollens Il existe des interactions entre polluants de l’air et polluants.


Le développement d’allergies et d’asthme lié à l’exposition à ces pollens est d’autant plus important chez les personnes sensibles.

Les populations les plus sensibles à la pollution de l’air intérieur

L’exposition à la pollution de l’air intérieur concerne chaque individu et peut avoir des effets sur la santé à toutes les étapes de la vie : des toutes premières semaines d’un fœtus dans l’utérus jusqu’à la vieillesse. 

Certaines populations présentent plus de risques face à la pollution de l’air intérieur :

  • Les enfants : leur rythme de respiration est plus soutenu que celui d’un adulte et ils respirent plus près du sol, là où les polluants retombent. En-dessous de l’âge de 3 ans, la maturation pulmonaire n’est pas encore achevée et leurs alvéoles pulmonaires continuent à se multiplier.
  • Les personnes âgées : leurs réserves respiratoires sont plus limitées. Les personnes âgées souffrent aussi plus souvent de pathologies respiratoires ou cardio-vasculaires, ce qui augmente leur fragilité face à la pollution de l’air intérieur. 
  • Les femmes enceintes : les polluants peuvent toucher le fœtus dont les poumons connaissent les tout premiers stades de maturation. Une exposition régulière à un air intérieur pollué pendant la grossesse est associée avec des naissances prématurées et un faible poids du bébé à la naissance.
  • Les patients souffrant d’une maladie sévère chronique touchant les poumons ou le cœur.

Quels sont les symptômes les plus fréquents d’une mauvaise qualité d’air intérieur ?

Fatigue, maux de tête, irritations du nez et de la gorge, réactions asthmatiques… sont les manifestations les plus fréquentes d’une mauvaise qualité d’air intérieur. Parfois on constate aussi des éruptions cutanées, des nausées ou encore des vertiges.

Ces symptômes peuvent être de courte durée : pour les traiter, il suffit le plus souvent de limiter l’exposition de la personne à la source polluante et, bien-sûr, d’éliminer cette source polluante.

C’est notamment le cas pour les personnes souffrant du “Syndrome du Bâtiment Malsain”.

Qu’est-ce que le syndrome du bâtiment malsain ?

En 1983, des experts de l’OMS ont défini le Syndrome du Bâtiment Malsain (SBM) comme « une combinaison de symptômes atypiques incluant céphalées, fatigue, irritation des yeux et des narines, sécheresse de la peau, troubles de concentration chez les personnes travaillant dans des lieux confinés ».

Le SBM fait référence à un ensemble de symptômes liés à un environnement physique défavorable dans certains bâtiments, mais dont la cause exacte est difficile à identifier. Le plus souvent, elle est liée à une mauvaise qualité d’air intérieur.

Ces symptômes ont tendance à s’aggraver en fonction du temps d’exposition dans les bâtiments. Ils peuvent disparaître lorsque la personne passe plus de temps en dehors du bâtiment.

Selon l’OMS, il existe quatre catégories de symptômes du SBM :

  • Irritation des muqueuses : irritation des yeux, de la gorge et du nez ;
  • Effets neurotoxiques : maux de tête, irritabilité et fatigue ; 
  • Asthme et symptômes de type asthmatique : oppression thoracique et respiration sifflante ;
  • Irritation et sécheresse de la peau, problèmes gastro-intestinaux (en général de la diarrhée) et autres³ ⁴.


D’après l’Organisation internationale du travail (OIT), certaines personnes présentent des risques de santé plus élevés liés aux symptômes de SBM associés à la pollution de l’air intérieur. C’est le cas des nourrissons, des personnes âgées, des personnes atteintes de maladies chroniques et de la plupart des citadins de tout âge. 

Un faible taux de ventilation, l’humidité du bâtiment et une température ambiante élevée ont tendance à augmenter la probabilité de prévalence du SBM⁵.

Cependant une exposition prolongée et répétée aux polluants de l’air intérieur peut avoir des effets à long terme sur la santé.

Quels sont les effets à long terme de la pollution de l’air intérieur sur la santé ?


Le rôle de la pollution de l’air intérieur est désormais reconnu dans l’apparition de maladies chroniques comme :

Les maladies pulmonaires 

Les polluants que nous respirons sont associés à des maladies allergiques et à des maladies pulmonaires telles que l’asthme, la dermatite atopique, la rhinite allergique ou la bronchite chronique. 

Elles surviennent en raison de la réponse inflammatoire aux particules toxiques ou aux polluants de l’air intérieur qui s’installe de façon chronique dans les voies respiratoires et les poumons.

Dans certains cas, l’exposition à la pollution de l’air intérieur peut même entraîner une infection aiguë des voies respiratoires inférieures, la pneumonie.

D’après l’OMS, la pollution de l’air intérieur serait responsable de 45 % des décès par pneumonie chez les enfants âgés de moins de 5 ans⁶

La bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) est également une complication grave des affections pulmonaires : elle se caractérise par une obstruction permanente et progressive des voies respiratoires. Les principaux symptômes se manifestent sous la forme de toux et de crachats. Avec le temps, on peut constater un essoufflement à l’effort car les bronches rétrécissent. 

L’asthme

L’asthme, une affection inflammatoire à long terme des voies respiratoires conductrices des poumons, entraîne une toux, une respiration sifflante, une oppression thoracique et un essoufflement. 

L’exposition aux polluants de l’air intérieur peut entraîner l’apparition de ces symptômes ou provoquer des exacerbations de l’asthme⁷.

En particulier, une exposition aiguë aux fumées de combustion peut entraîner une irritation bronchique, une inflammation et augmenter la réactivité bronchique, qui est considérée comme le principal mécanisme responsable de l’exacerbation de l’asthme, en particulier chez les enfants⁸.

Les maladies cardio-vasculaires

Cela peut surprendre mais le système cardio-vasculaire est l’une des cibles privilégiées des polluants de l’air intérieur⁹

La pollution de l’air peut à la fois contribuer au développement de maladies cardiovasculaires mais aussi aggraver les maladies cardiaques déjà existantes.

Le risque est accru en cas d’exposition aux particules fines¹⁰

L’exposition aux PM2,5 augmente ainsi l’incidence de maladies cardiovasculaires aiguës spécifiques, comme l’AVC ischémique, l’infarctus du myocarde, l’arythmie cardiaque, l’insuffisance cardiaque et la fibrillation auriculaire¹¹.

Ce risque est d’autant plus élevé chez les personnes sensibles comme les personnes âgées et les personnes souffrant déjà de pathologies cardiovasculaires et respiratoires.

Comment surveiller la qualité d’air intérieur ?

Pour contrôler votre niveau de pollution intérieure, vous pouvez installer des compteurs autonomes capable de contrôler en continu la qualité d’air intérieur : 

  • Compteur de dioxyde de carbone : il est désormais établi que le taux de renouvellement de l’air peut être approché facilement par la mesure de la concentration en dioxyde de carbone (CO2) dans l’air à des points et des moments représentatifs en période d’occupation. Ainsi le taux de CO2 est un indicateur de confinement qui permet de connaître la nécessité de renouveler l’air dans une pièce. 
  • Compteur de particules : dans les espaces sensibles comme les laboratoires, les cabinets dentaires, les bureaux, il peut être utile d’installer des compteurs de particules. Ces appareils très simples à installer permettent de connaître en temps la concentration en particules dans l’air par canaux de taille.

 

Certains appareils associent le comptage de dioxyde de carbone et de particules pour une surveillance complète et instantanée de la qualité de l’air intérieur.

Le plus souvent, tous ces appareils intègrent un système d’alerte pour vous prévenir en cas de dégradation de la qualité de l’air dans la pièce.

Comment purifier l’air intérieur ?

Pour éliminer les polluants présents dans une pièce, une bonne aération et l’ouverture des fenêtres (quand elle est possible) ne suffisent pas toujours. 

Le recours à un purificateur professionnel vous garantit l’élimination des polluants, virus et bactéries présents dans l’air. 

C’est la solution la plus efficace et la plus rapide à mettre en place pour remettre à niveau votre qualité d’air intérieur, sans gros travaux.

Découvrez la gamme de purificateurs d’air HEPA H14 airinspace

Nos purificateurs d’air professionnels de la gamme HEPA sont conçus pour les besoins spécifiques des établissements recevant du public : avec des débits élevés allant jusqu’à 2 000 m3/h, ils permettent de limiter la présence de microparticules dans l’air et de lutter contre la contamination aéroportée par des virus et des bactéries. 

Les filtres HEPA H14 permettent d’éliminer 99.995% des particules de diamètre supérieur à 0.3 micron. Grâce à leur média filtrant ePTFE à la pointe de la technologie, ils garantissent une très forte inertie physico-chimique et très faible perte de charge.

Compacts et silencieux, nos purificateurs d’air s’installent en 5 minutes et s’intègrent discrètement à vos locaux. 

 

Notes : 

¹ https://www.who.int/fr/news-room/fact-sheets/detail/household-air-pollution-and-health

² https://www.anses.fr/fr/content/exposition-de-la-population-g%C3%A9n%C3%A9rale-aux-pollens-de-l%E2%80%99air-ambiant-l%E2%80%99anses-fait-le-point

³ Kreiss K. The epidemiology of building-related complaints and illness. OccuBoutonp. Med. 1989;4:575–592

⁴ USEPA . Sick Building Syndrome. Volume 4 United States Environmental Protection Agency; Washington, DC, USA: 1991.

⁵ Zhang X., Li F., Zhang L., Zhao Z., Norback D. A longitudinal study of sick building syndrome (SBS) among pupils in relation to SO2, NO2, O3 and PM10 in schools in china. PLoS ONE. 2014;9:e112933. doi: 10.1371/journal.pone.0112933

https://www.who.int/fr/news-room/fact-sheets/detail/household-air-pollution-and-health#:~:text=Un%20d%C3%A9c%C3%A8s%20sur%204%20(25,pollution%20de%20l’air%20int%C3%A9rieur.

⁷ Kurmi O.P., Lam K.B.H., Ayres J.G. Indoor air pollution and the lung in low- and medium-income countries. Eur. Respir. J. 2012;40:239–254. doi: 10.1183/09031936.00190211

Torres-Duque C., Maldonado D., Pe´rez-Padilla R., Ezzati M., Viegi G. Biomass fuels and respiratory diseases-A review of the evidence. Proc. Am. Thorac. Soc. 2008;5:577–590. doi: 10.1513/pats.200707-100RP.

Rapport du COMEAP: The Effects of Long-Term Exposure to Ambient Air Pollution on Cardiovascular Morbidity: Mechanistic Evidence, details the mechanisms of effect of air pollutants as they impact on cardiovascular morbidity.

¹⁰ Kampfrath T., Maiseyeu A., Ying Z., Shah Z., Deiuliis J.A., Xu X., Kherada N., Brook R.D., Reddy K.M., Padture N.P., et al. Chronic fine particulate matter exposure induces systemic vascular dysfunction via NADPH oxidase and TLR4 pathways. Circ. Res. 2011;108:716–726. doi: 10.1161/CIRCRESAHA.110.237560

¹¹ Peters A., Liu E., Verrier R., Schwartz J., Gold D., Mittleman M., Baliff J., Oh J., Allen G., Monahan K., et al. Air pollution and incidence of cardiac arrhythmia. Epidemiology. 2000;11:11–17. doi: 10.1097/00001648-200001000-00005

¹² https://www.cancer-environnement.fr/343-Composes-Organiques-Volatils-COV-dans-lair.ce.aspx#:~:text=Les%20COV%20les%20plus%20fr%C3%A9quents,chez%20des%20animaux%20de%20laboratoire)